Appel à communication Webinaire franco-québécois, 18 mars 2014

 

Organisé par Elico et l’IEP de Lyon  :   Appel à communication_23oct.2013

Le contexte d’usage du Web 2.0 regroupant les réseaux et les médias sociaux de cette
deuxième génération du Web va bien au-delà des effets de mode et de loisirs induits pas
les avancées technologiques. Même si les actions de communication informelles se
multiplient via les réseaux sociaux, les blogues et autres agrégateurs de contenus
(Paquienséguy, 2009 ; Proulx, Millette, Heaton 2012; Charest, Bédard, 2013) nous sommes
dans une période transitoire de construction d’un « cadre de référence » (Flichy, 2010) pour
l’usage professionnel des plateformes collaboratives, dont l’objectif premier est de
permettre des échanges entre les stratèges et les divers publics, notamment dans la
gestion d’événements.
En effet, à la suite des premiers blogues, nés dans les années ‘90 en Amérique du Nord,
ces plateformes proposent progressivement à leurs utilisateurs des outils de gestion des
contenus (CMS puis UGC) qui facilitent, techniquement avant tout, le partage et la
circulation des contenus de natures variées. Facebook (2004), YouTube (2005), Twitter
(2006) et les autres changent la donne et structurent peu à peu le cadre de référence des
pratiques professionnelles (Boussicaud et Dupin, 2012 ; Brunet et al. 2012 ; Morin 2010),
en relations publiques (Charest et Bédard, 2010).
Ainsi, internautes, stratèges et publics peuvent aujourd’hui participer à la création et à la
production de contenus par le biais du crowdfunding (levée de fonds participative) par
exemple, mais peuvent aussi participer à la gestion de l’information, de la notoriété, de la
réputation de personnes ou d’organisations, voire à la formulation de politiques publiques
(Moumouni, 2013). En effet, le Web 2.0 promu par ses précurseurs composés de « gens
ordinaires » au sens de De Certeau (1980), valorise fortement cette participation de
l’utilisateur créateur de contenu qui apporterait notamment richesse et complémentarité au
contenu « corporate » déjà proposé ou prescrit. D’ailleurs, l’appropriation des médias
sociaux ou d’échanges directs entre différents publics comme les wikis, les pages
Facebook qui se multiplient et les conversations en ligne sur Twitter, donnent lieu à la
définition d’une nouvelle activité professionnelle : celle d’animateurs de communauté en
ligne, bien différente de celle de leader d’opinion déjà étudiée et exploitée à la fois dans les
phénomènes de réception (Katz, Lazarsfeld, 2008), de propagande (Pesqueux, 2010) ou
encore de médiation technique (De Coninck, 2010).
En effet, si les discours d’accompagnement des innovations technologiques (Rebillard,
2009), magnifient la participation de l’usager sans la mettre en doute, différents travaux de
terrain sur le Web 2.0 (désigné Web social par Millerand, Proulx, Rueff, 2010) et les
pratiques numériques professionnelles (Charest, Doucet 2013) témoignent cependant
aujourd’hui de véritables pratiques de médiation et d’orientation visant à influencer le
comportement des internautes en les encourageant, par exemple à s’inscrire, à voter, à
relier, à soutenir, à financer… La notion d’usage s’est construite en complémentarité de
celle de public et d’audience, et sa généalogie s’inscrit dans l’approche critique des
industries culturelles, comme Breton et Proulx (2012) l’ont clairement montré, même si elle
a toujours été plus ancrée dans les secteurs de l’informatique et des télécommunications au
contraire porteurs d’interactivité, d’autonomie sociale et d’individualisation. Elle doit encore
plus aujourd’hui être étudiée en relation avec la prescription, l’appropriation et la médiation
portée de façon informelle par une idéologie de transparence à l’égard des internautes et
des animateurs de communauté dont les premiers représentants étaient pourtant des
usagers très actifs, voire proactifs !
À travers cette journée d’études franco-québécoise qui prendra la forme d’un Webinaire
diffusé en salle et en ligne par l’entremise d’un lien interactif Web, nous souhaitons discuter
de la façon dont les professionnels des relations publiques dans le cadre de la gestion
d’événements, cherchent à forger ou former les usages des publics potentiels ou avérés via
la médiation. Le Webinaire sera entièrement consacré au questionnement issu des
pratiques professionnelles en relations publiques, notamment par les animateurs de
communauté en ligne, en relation d’une part avec leurs nouvelles pratiques
communicationnelles et, d’autre part, avec les usages effectifs et les aptitudes développés
par leurs publics.

Nous aborderons l’incidence de ces pratiques dans les médias et réseaux sociaux au
regard des axes suivants :
• Les cadres théoriques et critiques des usages prescrits et effectifs dans l’appropriation
des médias sociaux, qui tentent de cerner aussi bien les pratiques professionnelles, que
celles des amateurs prescripteurs.
• La présentation d’études de cas abordant différentes expériences de pratiques
professionnelles dans l’organisation d’événements.
• Et enfin, le programme de formation idéale qui devrait outiller les professionnels devant
la mutation de ces nouvelles pratiques.

Le mardi 18 mars 2014
Coorganisé dans deux lieux au Québec et en France, le Webinaire international se tiendra
en trois volets :

Diffusion simultanée : de 9 h 00 à 12 h 00 au Québec; de 15 h 00 à 18 h 00 en France
La partie commune du Webinaire international réunira donc des universitaires et des
professionnels dont l’objectif sera de présenter des repères théoriques susceptibles
d’ancrer les usages et les pratiques professionnelles dans des fondements porteurs, afin
d’améliorer notre compréhension de ces nouvelles façons de communiquer.

Diffusion exclusive : de 13 h 00 à 17 h 00 au Québec
La partie québécoise du Webinaire international réunira des professeurs-chercheurs
québécois et européens du secteur des communications numériques et des professionnels
en relations publiques. Les ateliers seront composés d’enseignants, de gestionnaires des
communications et de communautés, des relationnistes et des étudiants dont l’objectif sera
de présenter des études de cas d’usage professionnel des médias sociaux.

Diffusion exclusive : de 10 h 00 à 13 h 00 en France
La partie exclusivement française du Webinaire international réunira des enseignants
chercheurs, des chercheurs et des doctorants spécialistes de la prescription, des usages ou
des médiations à l’oeuvre dans les pratiques communicationnelles et/ou professionnelles
des médias et réseaux sociaux.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 31 janvier 2014 par
voie électronique.
Les propositions devront être adressées à : observatoire@com.ulaval.ca et
francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr, être résumées en 1 500 caractères ou signes
et répondre aux exigences d’un article scientifique ou d’une étude de cas. Certaines
présentations seront retenues et feront l’objet d’une publication collective.

Participation gratuite sur inscription obligatoire avant le 1er mars 2014.

Comité paritaire scientifique du Webinaire
Québec
Francine Charest, professeure adjointe, Université Laval
Alain Lavigne, professeur titulaire, Université Laval
Charles Moumouni, professeur titulaire, Université Laval
France
Valérie Croissant, MCF 71ème, Lyon2, Elico EA 4147
Valérie Larroche, MCF 71ème, Lyon3, Elico EA 4147
Françoise Paquienséguy, PR 71ème, Sciences Po-Lyon, Elico EA 4147
Comité d’organisation
Québec
Francine Charest, François Grenon et autres membres de l’équipe de l’Observatoire des
médias sociaux en relations publiques de l’Université Laval.
France
Françoise Paquienséguy, Nathalie Walczak, membres d’Elico.