Conférence 4 septembre 2018 – L’espace public sonore en questions

Conférence

Dans le cadre de l’École d’été Politique des ambiances urbaines : sons, images et corps

Date : 4 septembre 2018, 18h-20h

Lieu : ENSAL, Amphithéâtre, 3 rue Maurice Audin
69512 Vaulx-en-Velin

L’espace public sonore en questions

Juliette VOLCLER
En ce début de XXIe siècle, l’espace public sonore fait figure de nouvel eldorado : publicités ultra-localisées, logos sonores, orientation acoustique des déplacements… entreprises et institutions investissent le champ auditif pour le rendre policé et rentable. Déambulation critique dans la ville émergente à travers une sélection commentée de sons.

Juliette Volcler, Coordinatrice éditoriale de Syntone, chercheuse indépendante. L’écriture de Juliette Volcler est portée par le double objectif de peindre de manière vivante l’époque, son contexte social et culturel, ses rêves échoués, ses expérimentations réussies, et de donner des outils critiques face à l’environnement sonore en pleine mutation du XXIe siècle.

  • Bibliographie

– Le son comme arme, les usages policiers et militaires du son, Paris, La Découverte, 2011
L’ouvrage propose une synthèse et une analyse de différentes sources relatives aux usages militaires, policiers et d’ordre public du son, comme phénomène physique, avec l’ambition d’ « esquisser une généalogie de la répression acoustique » (page 8). Le son comme arme propose tout d’abord une analyse des conséquences de l’usage du son sur nos corps et nos psychismes, présente ensuite les différentes potentialités et usages militaires du son, et analyse, enfin, dans un cadre théorique surtout foucaldien l’essor des nouvelles armes sonores.

– Contrôle. Comment s’inventa l’art de la manipulation sonore, Paris, La Découverte / La Rue musicale, 2017
Contrôle raconte la fascinante histoire d’une autre modernité sonore. Une modernité incarnée à l’origine par un seul homme, figure majeure mais méconnue du XXe siècle : Harold Burris-Meyer. Ingénieur, homme de théâtre, il fut surtout inventeur de dispositifs sonores et expérimentateur en sciences du comportement. Depuis les années 1930, période de déchaînement propagandiste, fasciste comme capitaliste, il est au cœur de ce récit des premières tentatives de manipuler les masses au moyen du son.

Co-organisation : Université Lumière Lyon 2 et ELICO ; Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon (ENSAL) ; Universités de Mons et Liège.

Avec le soutien du LabEx IMU, de l’Ecole Urbaine de Lyon et des Ecoles Doctorales EPIC et Sciences sociales.

En partenariat avec le Planétarium de Vaulx-en-Velin